Atelier blanc

Décembre 1992, je quittais Conflans Sainte Honorine pour la lumière de la Bourgogne et l’espace que m’offrait la plaine céréalière de Champlay, ma chambre de méditation comme souvent je l’ai nommée. La maison et les dépendances que j’ai investies au fil des années pour mener mes recherches sur la couleur lumière, sont devenues atelier blanc.

 

2020, vivre au Havre - souhait que j’ai exprimé dans le texte En partance - se réalise.

Depuis le 1er octobre, une nouvelle lumière m’entoure, une lumière blanche qui inlassablement m’étonne, comme si la lumière dorée de l’Yonne faisait de la résistance dans mes neurones.

Simultanément, je découvre la vie en ville, une ville dans laquelle entre la mer, une mer où glissent, quasi sans bruit, de monstrueux porte-containers de toutes les couleurs, voiliers ou autres embarcations.

Je découvre la vie entourée de copropriétaires sympathiques et attentionnés d’un petit immeuble récent, situé dans la ville basse. Facultés, Conservatoire de Musique, École des Beaux Arts, gare SNCF, cinéma, commerces d’ici et beaucoup d’ailleurs, trams et bus forment mon univers le plus proche. La mer est à trois km à vol de mouette. Deux fois, j’ai surpris entre le clocher de Saint Joseph et la tour municipale -oeuvres d’Auguste Perret- les cheminées de paquebots qui s’en allaient. Quelle émotion !

Mais surtout, je découvre les ciels d’ici, des ciels immenses, fascinants, toujours en mouvement, dans lesquels mon regard se perd tout comme dans les profondeurs des eaux tout autour de la ville basse et du port. Des couleurs, des transparences, des formes insaisissables. J’engrange.

madé
atelier blanc
situation 26
9 décembre 2020
Le Havre

Conventions de dépôt d'oeuvres avec le fonds régional d'art contemporain de Bourgogne Dijon

J’ai le bonheur de vous faire part que plusieurs de mes oeuvres sont enregistrées dans les Réserves du FRAC Bourgogne, 41 rue des Ateliers à Dijon.

En effet, deux conventions de dépôt d’oeuvres ont été signées suite à ma proposition de faire un don conséquent à cette structure qui fut la première, en 1997, à faire entrer dans les Collections Publiques de France, une de mes oeuvres : Structile.

La première convention a été signée pour Grand triangle blanc avec nappe torse, oeuvre quasi inséparable de Structile, tant leurs raisons d’être sont significatives dans le cheminement de mes recherches. Ces deux oeuvres ont fait partie de la très belle exposition La première ligne est toujours horizontale organisée par le FRAC Bourgogne aux Bains du Nord à Dijon, fin 2019.

La deuxième convention, pour un ensemble 53 oeuvres dont voici quelques photos :

Grande corne rouge

Grande corne rouge 1994
acrylique sur mdf
longueur 205 cm, épaisseur 11 cm

Triptyque blanc

Triptyque blanc 1992-1995
acrylique sur mdf
19,7 x 142 x 3 cm

Variation sur le blanc

Variation sur le blanc 1999-2010
acrylique sur mdf
4 séries de cinq modules dissociables
22 x 44 épaisseurs variables chaque

Boîtes à lumière

Boîtes à lumière 2004
acrylique sur mdf
102 x 75 x 33 cm chaque

Autoportrait pendu

Autoportrait pendu diptyque 2009
pigments secs
acrylique sur mdf
18 x 57 x 1,8 cm
suspension fil de pêche inox